C'est un beau roman, c'est une belle histoire...

Pour la première fois seul aux manettes, Jordi Lafebre (Lydie, Les beaux étés...) délaisse son compère Zidrou pour remonter le cours de deux cœurs qui se sont toujours aimés, enfin réunis.
Malgré tout, une comédie romantique racontée de la fin... au début, est un petit bijou de virtuosité scénaristique, de tendresse, de finesse et de poésie.

Ana, sexagénaire ultra-dynamique, ancienne maire tout juste retraitée, est une épouse, mère et grand-mère heureuse. Zeno, baroudeur, célibataire endurci et ancien marin, revient pour fermer sa librairie qu'il retrouve après des années d'absence. Malgré le temps qui passe, malgré la vie de famille qu'Anna s'est construite, malgré les errances de Zeno, malgré tout, ils se sont toujours aimés et sont irrémédiablement aimantés l'un à l'autre. Arrivés à l'automne de leur vie, les voilà enfin réunis pour vivre pleinement leur amour.

Tout en égrainant les excuses et les occasions manquées qui les ont empêchés d'être ensemble, Lafebre remonte le temps et reconstitue le puzzle amoureux d'Ana et Zeno jusqu'à leur première rencontre. il construit leur histoire entre les lignes, par ellipses, en nous entraînant dans le tourbillon d'une danse envoûtante et sincère. Il fait vivre ses personnages comme s'ils étaients ensemble alors qu'ils sont à des milliers de kilomètres l'un de l'autre. Cette narration originale et toutes les trouvailles graphiques font tout le sel de cet album.   

Le dessin est pétillant, tout en rondeurs et en déliés. Lafebre donne corps à ses personnages qui dégagent une énergie incroyable et ont une belle expressivité. Chaque regard et attitude vous touchent.

Cette histoire d'amour sensible, non dénuée d'humour, parfois empreinte de nostalgie et de mélancolie, fait un bien fou.

Une délicieuse inteview de l'auteur

Voir une planche

L'amour n'a pas d'âge.


Veuve depuis peu, Yvonne décide de vendre sa maison qui lui rappelle trop de souvenirs et d’intégrer un EHPAD.
Le plongeon, une histoire humaine, simple et touchante de Séverine Vidal et Victor Pinel, nous fait passer du sourire aux larmes.

Malgré son âge avancé, Yvonne, femme forte et fragile, fantaisiste, se servant de l’humour comme arme de défense, a envie de vivre pleinement. Elle comprend vite que cette nouvelle vie ne va pas lui plaire : perte d’indépendance, restrictions, infantilisation... Elle se sent perdue, elle plonge.... Mais la vie lui réserve encore des surprises...

Séverine Vidal connaît bien ces établissements où elle anime depuis plusieurs années des ateliers d’écriture. Tous les petits instants de vie font mouche et l’émotion jaillit souvent. On se prend d’affection pour ses personnages.

Pour accompagner ce récit sensible, Victor Pinel utilise des couleurs douces, dessine avec réalisme les corps pesants et fatigués, tout en offrant de belles pages silencieuses laissant exprimer les émotions.

Voir une planche

Des chaînes difficiles à briser...

Inspiré de faits réels, Blanc autour raconte le combat d'une institutrice pour intégrer à son école du Connecticut des jeunes filles noires. Bien avant que la Constitution américaine n’abolisse définitivement l’esclavage, le projet déclencha haine et violence.
Cette histoire passionnante et émouvante est magnifiquement illustrée par le dessin très doux de Stéphane Fert qui tranche avec la tonalité du récit de Wilfrid Lupano.

En 1832, l'émancipation des noirs est effective, mais ils n'ont pas de réels droits civiques. Dans ce contexte, l'institutrice Prudence Crandall accueille une jeune fille noire dans sa classe. Scandalisée, la population blanche retire leurs enfants de l'école. Prudence décide donc de créer la première école pour jeunes filles noires et toute la ville se révolte. C'est une menace. Pourquoi éduquer ces filles ? En quoi cela va les aider dans leurs tâches ménagères ? Elles vont finir par croire qu'elles valent les blanches... Malgré les menaces, Prudence est prête à tout pour apporter du changement et tient tête à cette société profondément raciste.

À la violence et au racisme qui transpirent du scénario, Fert oppose des illustrations tout en rondeur, des personnages très expressifs, des couleurs douces et des beaux décors.

Cette histoire qui résonne encore aujourd'hui, est un magnifique plaidoyer pour la différence, pour l’instruction de tous, pour le droit des femmes et des noirs et contre le racisme.

Voir une planche

Courageuse petite chauve-souris.

En suivant l’attendrissante chauve-souris Plecota et sa famille dans Les Gardiennes du grenier, Orianne Lassus nous entraine dans une folle aventure en forme de fable écolo instructive. À mettre entre toutes les mains dès 8 ans !

Quand l’hiver arrive, une colonie de chauves-souris quitte leur grenier pour rejoindre leur refuge d’hibernation. En chemin la jeune Plecota a un problème avec son radar, se cogne contre un panneau et tombe. Elle est recueillie par une sympathique famille de musaraignes puis par les deux enfants habitant son ancienne maison. Avec eux, elle va se battre pour défendre leur maison et l’écosystème menacés par la construction d’une route…

Orianne Lassus a su trouver le juste équilibre entre fiction et documentaire déguisé pour nous faire découvrir le monde des chauves-souris, leurs coutumes et leurs modes de vie. Son récit plein d’humour et de tendresse met en avant de manière ludique, solidarité et préservation des écosystèmes, dans des planches pleines de petites cases très vivantes et de personnages attachants. Le trait est vif, expressif, fouillé et original.

Voir une planche

Mise en abyme.


Suite à la diffusion radiophonique d'Orson Wells s'inspirant de La guerre des mondes d'H.G. Welles, un vent de panique souffle sur L'Amérique.
Laurent Galandon et Jean-Denis Pendanx, signent avec A fake story un très bon polar et un pamphlet terriblement d'actualité sur la réalité des faits.

 

Ce faux bulletin d’information diffusé par CBS crée la panique dans le village de Heathcote où est censée avoir eu lieu l’attaque martienne. Le soir même, un homme tue sa femme et tire sur son fils pour échapper au massacre des Martiens ! La direction de CBS demande à l’ancien journaliste Douglas Burroughs de se rendre sur place et d’enquêter, afin de déterminer la responsabilité de la radio dans cette histoire. Les versions des différents témoins ou victimes de l’histoire se succèdent chacun inventant un mensonge pour multiples raisons. 

Tout en construisant un scénario d’enquête policière malin où les intrigues s’imbriquent, Galandon montrent que les apparences sont souvent trompeuses et que l'on a tendance à valider une vérité sans fouiller plus avant. 

Au dessin, Jean-Denis Pendanx accompagne avec brio ce récit et nous plonge dans l’atmosphère particulière d’une petite ville des années quarante.

Voir une planche

Deux vies à la fois.


Iris est une écrivaine à qui tout semble réussir, mais ses nuits sont perturbées par un cauchemar troublant et récurent, jusqu’à ne plus savoir qui elle est vraiment….Dans ses rêves, elle est une autre Iris avec une vie de galères.


Iris, deux fois, thriller psychologique signé Anne-Laure et NaomiReboul, interroge les conséquences de nos choix de vie et nous happe dès les premières pages.

Auteure reconnue, en lice pour recevoir le prix Renaudot, mariée à un homme charmant, bel appartement parisien, Iris a tout pour être heureuse. Mais depuis peu, chaque nuit, elle rêve qu’elle a une autre vie, celle qu’elle aurait pu avoir si elle avait pris d’autres routes. Une Iris au quotidien sans saveur, vivant en banlieue auprès d’un mari alcoolique et d’un gamin à la légère déficience mentale, rêvant d’écrire. Ce cauchemar devient chaque fois plus réel. Et si c’en était pas un ? Et si sa vie actuelle n'était qu'une illusion ? Elle perd pied.

Associée aux aquarelles généralement sombres de sa sœur Naomi qui accentuent l‘ambiance pesante et angoissante du récit, Anne-Laure Reboul nous propose une lecture troublante, addictive, distillant un sentiment de malaise et de confusion qui nous plonge dans la confusion jusqu'à la fin.

Variation sur le thème du double abordant la question des choix de vie et le processus de création, Iris deux fois est une mise en abyme plaisante, fascine et donne à réfléchir.

Voir une planche